A QUEL AGE COMMENCER LA MEDECINE ESTHETIQUE?

 

 

La question est de savoir s’il vaut mieux prévenir les signes du vieillissement ou attendre pour traiter ?

 

Discuter de prévention, c’est en théorie agir avant que le moindre petit signe de l’âge n’apparaisse. Il s’agit aussi de bien différencier une action proactive, d’une démarche de correction, de transformation, ou d’embellissement à proprement parler.

 

Oui, plus on intervient tôt, mieux on vieillit. Le traitement précoce des modifications liées  à l’âge est réellement efficace pour lutter contre le vieillissement facial.

De récentes publications américaines montrent qu’après  9 ans en moyenne d’utilisation de toxine botulique, l’âge perçu sera d’environ 6,9 ans de moins que l’âge réel.

 

Lorsque les rides sont installées, il est plus difficile de faire disparaître les différentes cassures de peau, ou de restaurer un affaissement du visage.

 

Démarrer tôt, entre 25 et 30 ans, commence par une démarche globale de soins de la peau, c‘est-à-dire d’abord par une bonne hygiène biquotidienne, accompagnée d’une cosmétique adaptée : bonne crème de jour, contour des yeux  pour les peaux fines et protection solaire systématique. Il s’agit là de traiter la texture et l’homogénéité de la pigmentation de la peau.

Si besoin, on pourra compléter par des peelings légers, ou des lasers non ablatifs, pour stimuler la fabrication des fibres de collagène et d‘élastine  (qui participeront à garder l’aspect tonique et élastique de la peau).

 

Entre 25 et 30 ans, on s’appliquera à effectuer des gestes de médecine esthétique légers, sans aucun risque de transformation. Les fines ridules du front, les rides entre les sourcils, les cernes légers, nécessiteront des corrections légères et douces. L’acide hyaluronique et la toxine botulique seront injectés à dose filées. On aura besoin de très peu de produits.

Les effets dureront plus longtemps que sur des peaux matures. Et surtout, les effets seront plus satisfaisants à moyen terme et à long terme. Les soins de suivi seront plus espacés.

La correction doit être insoupçonnable, aussi bien sur le visage au repos qu’en mouvements. L’idée maîtresse est de préserver toutes les expressions.

 

Enfin, il existe quand même quelques particularités dans

d’un visage, qui auront tendance  à accentuer  le vieillissement prématuré: par exemple, un menton fuyant, ou une pointe de nez tombante. Ces points précis gagneront  à  être pris en charge tôt.

 

En conclusion, commencer des soins esthétiques tôt vers 25 / 30 ans fait partie d’une démarche globale de prise en charge préventive. A condition de posséder une bonne image de soi, et de ne pas avoir d’attentes irréalistes ou disproportionnées par rapport aux résultats attendus. De même, il s’agit de ne pas tomber dans la dépendance ou l’addiction, et de garder la tête froide devant les allégations esthétiques extrêmes et courants de pensées véhiculés par les réseaux sociaux au détriment d’une véritable démarche de réflexion personnalisée.

 

 

 

 

L'art et la science unis pour votre beauté.

<< Nouvelle image avec texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Janick Enjelvin